✝ Gloom in Bloom IV ✝

23 janvier 2012

L'effet Vil Coyote


Lolpuke


Il y a, dans ma classe, un mec qui ressemble de manière sidérante à un coyote.

Oh, de la part de quelqu'un qui porte le nom d'un canidé sauvage à l'haleine fétide (dit-on), vous pensez bien que ce n'est pas péjoratif. Mais oui, vraiment, il en a quelque chose dans le regard et la mâchoire inférieure. Après que je le lui aie fait remarquer, le Coyote, que ça avait visiblement fait marrer, a choisi pour photo de profil Facepute l'image du héros monomaniaque de Warner Bros. Ouaip, celui-là même : Wile E. Coyote. (Et si vous ignoriez jusqu'à ce jour que "coyote" se prononce en anglais kah-yoh-tee, soyez rassurés, moi aussi.) Bien entendu, depuis que j'étudie Tex Avery en ciné, tous les prétextes sont bons pour glander sur Youtube ; et je me suis surprise à me replonger dans les épisodes de sa poursuite sans fin du Roadrunner. (En français, "roadrunner" se traduit par "grand géocoucou". Tu m'étonnes qu'ils aient préféré l'appeler Bip-Bip.)

Une idée brillante, comme à mon habitude.

Je suis Vil Coyote. Je suis ce Sisyphe cartoonesque qui ne semble pas se lasser de se prendre des rochers sur la gueule. Je partage avec lui l'obstination dans une dépense d'énergie inutile, et un esprit fin et rapide qui se fait, à chaque chute dans le canyon, plus abruti, plus aliéné, plus simpliste. Comme lui, un mélange douteux de nécessité et de complaisance m'a enfermée au fil des années dans une inextriquable spirale d'échec. Vil Coyote pourrait arrêter de chasser le Roadrunner. Il pourrait consacrer sa vie à autre chose. Mais tout le monde sait que jamais il n'arrêtera, parce qu'il. Ne. Sait. Rien. Faire. D'autre. Probablement que les amis de Vil Coyote l'aiment pour son ingéniosité et son accent élégant, sans doute qu'ils le côtoient de trop près. Les spectateurs, eux, pourront constater ce qu'est l'existence de Coyote. Un epic fail sur le long terme. Une succession de running gags, comme tous les running gags, drôles dans l'immédiat, mais au demeurant assez déprimants. Je suis Vil Coyote qui semble toujours reprendre sa forme d'origine après avoir été changé en accordéon, en escalier ou en fax par la chute d'un quelconque corps étranger, comme quoi tout cicatrise, parfois même l'amour-propre. Je suis Vil Coyote accumulant ses bâtons de dynamites et ses catapultes et ses pièges géants et ses tanks Acme à toute épreuve, mais qui vit toujours dans un désert aride, et a toujours faim. Par-dessus tout, je suis Vil Coyote, sur qui la gravité n'a de prise qu'une fois que la vie lui fait "Meep-meep!" à la gueule, et qu'il prend conscience du fait qu'il marche dans le vide. Victoria, coyote de la lose, inapte et inepte à pratiquer l'art d'être en vie.

 

Sur une note plus parfumée, pour m'obliger à ne pas regretter chacune de mes notes de blog quand je les relis, The Treatment assurera la première partie de Steel Panther le 25 mars à Paname. Un groupe américain de glam parodique tout en poésie et en lycra zébré, avec des monuments comme "17 Girls in a Row", "The Shocker", "Eatin' Ain't Cheatin'" ou encore "It Won't Suck Itself", que j'ai justement découvert dans la bagnole de l'un des guitaristes du Traitement. Et Diapsiquir et The CNK partageront la scène du Ferrailleur, 49 666 Nantes, au cours de ce qui sera sans doute la date la plus improbable de ce siècle. Bref, orgasme sans les mains, j'ai putain de hâte. D'ailleurs, The Black Dalhia Murder, c'était très bien ; et ici, vous pourrez voir aux alentours de 1:07:45 une Déterrée en plein win sur scène.

Edit : Comme d'habitude, j'ai mis beaucoup trop longtemps à publier cet article faute d'une photo pour l'illustrer (l'actuelle vous est présentée par Sylvère, avec beaucoup de vomi), et la date de Nantes a été annulée ; rage rage, c'était trop beau. Allez plutôt voir mon Flickr.

(Cette conclusion est très décevante, inventez une chute drôle vous-même.)

_

Commis par La Deterree à 15:52 - 7 voix inquiétante(s)

DISTANT NOISES OF OTHER VOICES

    Je veux trop voir la tête de ce type et décider si oui ou non il a vraiment une tête de coyote parce que ça doit être impressionnant si c'est le cas.
    La voix de bluelantern, 25 février 2012 à 19:36
  • Il est dans mes contacts FB, mais je me dois de protéger l'anonymat des pauvres gens qui se retrouvent mentionnés sur Kinoglaz, huhu - et on voit pas bien son visage de toute façon.
    Mais sinon oui, je suis pas la seule à voir la ressemblance, c'est un truc dans le regard et la mâchoire un peu saillante ; il a aussi des canines assez pointues. Disons que c'est pas "évident", mais une fois que t'as l'image en tête, t'arrives plus à le voir autrement.
    La voix de La Déterrée, 26 février 2012 à 16:13
  • ur so hyperfat
    La voix de Ginette, 27 mai 2012 à 17:59
  • Ur mommas fat, GTFO u fatty fat fat fat
    La voix de La Déterrée, 27 mai 2012 à 21:07
  • lol ur still fat tho
    La voix de Ginette, 27 mai 2012 à 23:06
  • Désolée de te décevoir

    Mais je n'écris pas pour t'insulter... Quel plaisir de lire un blog si bien écrit, et ton cynisme a quelque chose de marrant. J'ai eu envie de commenter ce post parce que j'ai un prof qui ressemble au loup comme deux gouttes d'eau, et parce que moi aussi, j'ai passé un an à regarder du Tex Avery en essayant de me convaincre que ça faisait partie de mes révisions... Cette année "le cinéma soviétique des années 20" va donner une autre couleur aux cours de cinéma...
    La voix de Debbie, 25 juillet 2012 à 10:34
  • Haha, une khûbe dans la place?
    Et à vrai dire, le programme de ciné 2012/2013 me fait trop envie - je suis une grosse fan de Vertov - même si j'imagine bien que sur un an, ça finit sans doute par être austère. Mébon, je laisse tomber le cinéma l'an prochain en fac, donc tant pis!
    (et merci)
    La voix de La Déterrée, 25 juillet 2012 à 20:56

Bureau des plaintes et récriminations